quant

L’évolution de la bicyclette

his 300x190 - L'évolution de la bicyclette

La bicyclette fête ses 200 ans au mois de juin prochain. Pour la circonstance Quantum, le spécialiste du vélo électrique à Montréal, propose dans ce blog de vous raconter une histoire qui a commencé en 1817 avec la draisienne pour aboutir au vélo à propulsion électrique d’aujourd’hui.

Entre ces deux époques le vélo est devenu un mode de déplacement privilégié, il a fait naître des événements sportifs d’envergure mondiale, il est devenu une alternative au tout voiture afin de lutter contre le changement climatique etc.

La Draisienne du baron allemand

Au début de l’été 1817, le baron Drais, allemand et inventeur, présente une machine originale en bois : il s’agit d’une poutre reliée par deux roues. Assis sur cet engin il effectue 14,4 km en poussant sur le sol avec ses pieds. Nommée Draisienne, la machine est brevetée sous le nom de Vélocipède (de véloce, rapide et pède, pied) un an plus tard. Le succès n’est pas au rendez-vous et il faut attendre 1861 pour qu’un serrurier parisien, Michaux, équipe la draisienne de pédales.  Cette idée géniale venait de faire naître la bicyclette.

Le grand bi et les autres

Il suffisait ensuite d’améliorer le concept pour rendre l’engin plus confortable et plus rapide ce qui prit tout de même un certain temps vu les problèmes techniques. En 1870 apparu le grand bi en bois d’abord, puis en acier 5 ans plus tard. Une énorme roue devant et une petite roue derrière pour que l’engin soit équilibré. Parallèlement les ingénieurs travaillent sur le poids de l’engin, le perfectionnent encore, l’allègent pour la course (une course de grand bi devait être quelque chose à voir) mais… la roue avant atteint le diamètre de 3 mètres ce qui pose de gros problème de sécurité en cas de chute.

La chaîne, le pneumatique, le premier Tour de France

C’est avec l’invention de la traction par chaîne vers 1880 que le grand bi est remisé au magasin des accessoires et que le vélocipède commence à ressembler aux vélos que nous connaissons avec deux roues de taille équivalente. Sa silhouette évolue encore avec l’arrivée de la roue libre, du pneumatique et du changement de vitesses. En 1891, Charles Terront gagne le premier Paris Brest Paris sans étape sur une bicyclette équipée de prototypes Michelin. A partir de 1900, les premiers vélos avec changement de vitesses sont commercialisés. Le premier Tour de France à lieu en 1903. Les machines vont continuer à se perfectionner et leur silhouette se modifieront légèrement jusqu’au milieu des années 1930. Ensuite seules des améliorations techniques feront évoluer la bicyclette jusqu’aux engins d’aujourd’hui.

Du  vélo couché au vélomobile

Une fois le principe de la bicyclette trouvé et amélioré, les inventeurs durent s’en donner à cœur joie afin de décliner l’engin : c’est ainsi qu’apparait le vélo couché à deux ou trois roues (ou vélo car) à partir de 1930. Il est parfois équipé d’une carrosserie qui le fait ressembler à une voiture.  Le concept se développe en vélomobile au cours des années 2000 avec la maitrise des matériaux composites dans les pays où le vélo est roi, Belgique, Pays-Bas et Allemagne.

Les premiers cyclistes au Québec

C’est vers 1870 que les premiers cyclistes apparaissent au Québec et la première piste cyclable de Montréal est inaugurée en 1874. Il ne devait pas y avoir grand monde puisque ce moyen de transport est, comme en Europe, considéré comme dangereux pour les piétons et les chevaux.  Une législation va être mis en place pour en règlementer l’usage. Ce qui n’empêchera pas la bicyclette de prendre son essor avec la première course internationale cycliste en 1899 puis au cours des trente années suivantes grâce aux améliorations techniques apportées à la machine. Puis le vélo va perdre sa popularité, d’autres moyens de transports plus rapides et modernes ayant la faveur des Montréalais. Jusqu’aux années 1970… mais nous en reparlerons.  

 

Leave a Reply